La chaise vide

17 Mai 2020 | Actualités | 0 commentaires

Dans mon ancien métier de franchiseur et maintenant comme coach consultant je fais en fait le même métier : je conseille des restaurateurs, je les aide à créer, développer des projets et des entreprises à succès commercial et à rentabilité durable.

Offrir aux indépendants, les mêmes services, les mêmes outils mais en mieux  qu’une chaine en étant beaucoup moins cher et en préservant la liberté et l’indépendance du restaurateur sont  désormais ma raison d’être.

Quand je rencontre un restaurateur, c’est toujours pour tenter de répondre positivement à des situations difficiles. On m’appelle rarement quand ça va bien  et pourtant c’est quand ça va bien qu’il  faut prendre l’initiative de s’entourer de conseils.

POURQUOI ET COMMENT ?

C'est quoi votre histoire, racontez moi ! Je ne pose jamais directement la première fois la question des causes. Analyser le pourquoi, le restaurateur l’a déjà fait et mille fois ruminé dans sa tête. Reparler du pourquoi revient à remettre le restaurateur dans la culpabilité et dans son échec. Cette approche négative n’est pas la bonne. Il faut donc accorder peu de temps au pourquoi et se concentrer sur le comment.

Grace à un esprit neutre et impartial, une démarche bienveillante mais pas complaisante et une attitude d’écoute, d’échanges et de dialogue pour comprendre sans juger, mes clients sont en confiance pour réfléchir avec sérénité à leur situation et celle de leur entreprise. 

Je préfère enrichir la relation avec mon client en axant mon entretien sur comment. Je pratique une technique d’une seule question simple qui a fait ses preuves :

QU’EST CE QUI COÛTE LE PLUS CHER DANS VOTRE RESTAURANT ?

J’ai toujours des réponses diverses comme : le personnel, le loyer, l’emprunt, les achats, l’électricité, mon chef de cuisine, mon directeur, etc.

 Un fois un patron m’a laissé poser cette question à son équipe et là, les réponses sont plutôt instructives :  «le train de vie des patrons », « le liquide qu’il tape dans la caisse », « sa belle voiture qu’il cache », «  le loyer, les achats, le personnel », et d’autres réponses plus pointues : « l’absence de considération, le mépris », « son resto n’est pas entretenu », « on a un matériel de m...e », « il ne fait pas de pub », « il est jamais content, il fait la gueule aux clients sauf à ses amis » etc.

Au bout de 3 mn je livre la réponse :

CE QUI COÛTE LE PLUS CHER ? C’EST LA CHAISE VIDE !

Cette réponse en a surpris plus d’un.

Une fois que la réponse est bien comprise on démarre le chemin positif du :

COMMENT FAIRE POUR NE PLUS AVOIR DE CHAISE VIDE ?

Toujours, j’ai face à moi des restaurateurs à nouveaux  déterminés, dynamiques, enthousiastes, optimistes, volontaires qui sont en capacités de penser différemment,  de trouver les bonnes  orientations  avec un esprit redevenu en mode positif. Au fur et à mesure la confiance en soi revient petit à petit.

Déclencher la machine à solutions, engager la prise de conscience que rien n’est perdu et que tout est possible pour qui veut,  ouvrir la porte du changement,  oser à nouveau, favoriser le « faire  maintenant », retrouver du sens,  voilà à quoi sert la question de la chaise vide.

  • Cette technique de la chaise vide offre sur chaque sujet (gestion, financier, trésorerie, qualité de l’accueil, du service de la cuisine,, achats, état du matériel, cuisine maison ou pas, produit et carte,  politique de prix, déco, marketing et pub, identité-image de marque, notoriété, emplacement, management,  hygiène et sécurité) un retour en arrière qui n’est pas assimilé comme culpabilisant mais comme une mise lumière de pratiques inopérantes ou inefficaces.

Dans de nombreux cas mes clients ont compris :

1- que dans chaque entreprise, dans chaque personne, dans chaque équipe il y a un potentiel non révélé.

2- qu'il faut arrêter de servir à manger, et que que le succès passe par vendre du plaisir !

Bien souvent en fin d’entretien,  les restaurateurs admettent qu’il faut peu pour redynamiser une affaire et retrouver la rentabilité.

L’expérience nous a appris qu’un travail sur un relooking, la carte, l’image, l’équipe (salariés et patron), l’adaptation de l’entreprise à la demande des clients, la rigueur dans l’application des procédures de gestion, de service, de qualité, sont des remèdes simples, de bon sens avec une efficacité souvent rapide et pour les exploitants un retour vers la sérénité et la confiance.

Le rôle d’un coach consultant :

  •  Réaliser un vrai diagnostic sérieux, approfondi et détaillé avec ma méthode RESTO’SCOPIE qui passe en revue les 4 grandes dimensions de l’entreprise :
  1. Marketing : Je propose quelle expérience à mes clients,
  2. Gestion : je fais quoi pour  prévoir, anticiper, optimiser la rentabilité et prévenir les risques,
  3. Qualité : je fais quoi  pour atteindre l'excellence,
  4. Management : je fais pour mon équipe  facteur clé du succès.
  • Définir une vision partagée,  proposer une stratégie, fixer des objectifs atteignables,
  • Aborder en confiance  les choses avec recul,
  • Montrer la voie, baliser le chemin, (ré)orienter,
  • Suggérer des idées, des solutions,
  • Proposer des nouvelles pratiques et les faire appliquer avec rigueur et régularité,
  • Mesurer les progrès,
  • Apporter un regard neuf, neutre et bienveillant d’expert et d’expériences vécues,
  • Accompagner, rassurer, soutenir sur une période plus ou moins longue.

Ne pensez-pas combien ça va me coûter mais combien je ne vais plus perdre ! et ensuite combien je peux espérer (re) gagner !!

Bien sûr  il y aura plus de travail au début et il faudra relever les manches, bien sûr cela passe par des remises en cause, des changements d’habitudes, une autre façon de  travailler, de penser le métier, de gérer, de manager, etc. Ce n’est pas simple, il y des moments de doutes,  d’envie d’abandonner, de joie, de bonheur  et de détresse, il faut accepter et apprendre de ses erreurs.  Mais, petit à petit, étape après étape, on gravit la montagne et le sommet se rapproche un peu plus tous les jours.

La réussite, il ne s’agit pas de la vouloir ou de la prévoir mais de la rendre possible » à la manière d’Antoine Saint Exupéry

Et quelles que soient les difficultés il y a toujours un chemin !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *